Chronique n°9: Phobos (T.1) de Victor Dixen

SIX PRÉTENDANTES.
SIX PRÉTENDANTS.
SIX MINUTES POUR SE RENCONTRER.
L’ÉTERNITÉ POUR S’AIMER.

ILS VEULENT MARQUER L’HISTOIRE AVEC UN GRAND H.

Ils sont six filles et si garçons, dans deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et choisir, sous l’oeil des caméras embarquées. Ils sont prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.

ELLE VEUT TROUVER L’AMOUR AVEC UN GRAND A.

Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour…

MÊME SI LE RÊVE VIRE AU CAUCHEMAR, IL EST TROP TARD POUR REGRETTER.

Je voulais absolument lire ce livre, en ayant tellement entendu parler sur twitter et instagram. La couverture, le résumé, le titre, tout donne envie. L’univers a quelque chose de terriblement séduisant, comme si on se projetait dans notre futur.
Et bien, je n’ai qu’une chose à dire, j’ai été vraiment déçue. En effet, malgré l’univers accrocheur, l’histoire on ne peut plus intrigante, j’ai trouvé que ce livre tirait dans la longueur, je n’en voyais pas la fin. Chaque scène semblait contenir dix lignes de trop, comme si l’auteur avait essayer de combler du vide.

Malgré tout, j’ai beaucoup apprécié les personnages (Marcus devient progressivement un de mes bookfriend 😏) et la fin (oui, parce que comme je l’ai dit précédemment, le principe me plait beaucoup). J’attend donc avant de me replonger dans cet univers et j’espère vraiment adorer les tomes suivants.

J’ai décidé de ne pas faire de chronique trop longue, mon but n’étant pas de publier des avis entièrement négatifs. Chacun est libre de se faire sa propre opinion de chaque livre qu’il lit et je ne souhaite en aucun cas influencer votre jugement.

Citation coup de coeur: 

« Aimer, c’est se battre pour ce que l’on croit être meilleur pour l’autre… même si l’autre ne le sait pas. L’amour que je t’offre, Léonor, c’est une bataille. Celui de Mozart, une capitulation. »

Publicités

3 commentaires sur “Chronique n°9: Phobos (T.1) de Victor Dixen

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :